Chef d'entreprise : Affichez votre engagement

Face à ce risque professionnel bien identifié dans le Code du Travail et dont l’obligation de prévention a été renforcée par la loi santé travail du 2 août 2021, les employeurs sont aujourd’hui appelés à prendre toutes les dispo­sitions nécessaires non seulement en vue de prévenir ces risques, mais aussi d’y mettre un terme et de les sanctionner.

 

Votre médecin du travail est un interlocuteur privilégié, n’hésitez pas à le contacter.

Vous êtes victimes ?

Repérez les indices

  • Actes sexuels mimés
  • Propos concernant la vie sexuelle
  • Commentaires connotés 
  • Regards appuyés sur les seins, les fesses, le sexe ou déshabiller du regard ou dévisager avec insistance
  • Attouchements sur les épaules, les cheveux, les mains, le dos… voire sur certaines parties du corps plus intimes (sexe, seins, cuisses, fesses ou bouche)
  • Contacts physiques dits « légers » : effleurements
  • Proximité physique intrusive, même sans contact
  • Propos, plaisanteries obscènes, dégradantes Invitations, cadeaux
  • Exposition d’images à caractère sexuel malgré les marques de désintérêt
  • Exigence de rapports sexuels en échange d’une embauche ou d’une promotion
  • Viol 

Montrez votre désaccord

Le plus vite possible, et demander que cela cesse

Répondre calmement mais fermement pour dire son ressenti et son désaccord afin que les agissements cessent.

  •  Je ne trouve pas les compliments sur ma personne appropriés dans le cadre professionnel.
  • Je refuse, même à la pause, de regarder des vidéos pornographiques. Cela me met mal à l’aise et ne correspond à aucune réalité.
  • En dehors de mes proches, je ne supporte pas que l’on me touche, merci d’en tenir compte et de ne plus recommencer cela.
  •  Inutile de m’offrir des cadeaux, cela n’a pas sa place dans le cadre professionnel.

Si cela ne suffit pas : Se préserver et demander de l’aide

  • En parler pour sortir de l’isolement et chercher des allié.e.s
  • Ne rencontrer le harceleur que dans des lieux publics en présence d’autres personnes
  • Collecter des preuves
  • Tenir un carnet de bord
  • Envoyer un courrier de signalement à son employeur. Solliciter un entretien avec sa hiérarchie, demander expressément que les agissements cessent.
  • Solliciter d’autres acteurs internes ou externes à l’entreprise

Si cela ne suffit toujours pas...

  • Porter plainte
  • En cas d’agression, faire constater les lésions et traumatismes (physiques ou psychiques)
  • Etre écouté(e) , conseillé(e) et accompagné(e) par des structures spécialisées